Histoire du JPC

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Histoire du JPC

Message par Invité le 25.03.17 23:36

En 2008, Monsieur Eric RUCH - notre Vice-Président et néanmoins Président de l’ICCF – citait Sénèque :
« Ce n’est pas parce que c’est difficile que nous n’osons pas. C’est parce que nous n’osons pas que c’est difficile. »
Et il rajoutait : « Lecteur, j’ai osé ! »

Il s’agissait alors de la parution de son ouvrage : « L’histoire du jeu d’échecs par correspondance au XIXe siècle », Volume I des origines à 1840.



Quitte à passer pour un flagorneur (il en est tant…) je tiens à dire que j’ai toujours autant de plaisir aujourd’hui à en parcourir les pages. Je le recommande chaleureusement à tout passionné du JPC. Pour 2 raisons :
1.       Selon la citation (p. 16) de Georges Walker : « Rien n’est plus utile pour faire des progrès aux Échecs, que d’étudier les raisons qui déterminent les coups dans les parties par correspondance. »
2.       Jusqu’à preuve irréfutable du contraire, la culture livresque est encore ce qui marque le plus l’élévation d’esprit et reste en mémoire.

Qu’en est-il du Volume II, cher Monsieur le Président ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire du JPC

Message par Invité le 16.05.17 5:15

Il est un ouvrage qui m’enchante toujours et auquel je reviens comme à un bonbon préféré !

C’est l’anthologie des parties d’échecs de 1876 à 1949 de François Le Lionnais (1901-1984) « Les prix de beauté aux échecs » dans leur 2ème édition parue en 1970 aux éditions Payot (une 3ème réédition est parue en 2002).

Pour mémoire de l’hétérogène François Le Lionnais : mathématicien collectionneur de nombres remarquables, méthodologiste de la recherche, théoricien échiquéenne, fondateur (avec Raymond Queneau) et président de l’Oulipo, de l’Oulipopo, ainsi que des Dégustateurs de poèmes de zéro mot, résistant de la première heure, arrêté et déporté par la Gestapo au Nordhausen-Dora, annexe de Buchenwald et destiné à la fabrication de missiles V2. Survivant à ce séjour, FLL écrivit un des textes les plus courts et les plus frappants sur la Deuxième Guerre mondiale – « La Peinture à Dora » –].

Dans la préface des prix de beauté aux échecs, (que F. Le Lionnais m’avait dédicacé aux Olympiades de Nice en 1974), l’auteur écrit :

« C’est un bien curieux divertissement que notre je d’échecs ! Au lieu de lutter eux-mêmes, bien des joueurs éprouvent un plaisir aussi vif à rejouer des parties de maîtres. Cette prédilection n’est-elle pas la preuve qu’il y a beaucoup d’amateurs pour lesquels le jeu d’échecs apparaît plus comme un spectacle délectable que comme une épreuve de force ? Et voilà posée la question de la beauté aux échecs » ...  

Et, in fine, il regrette que : « …de très remarquables parties n’ont pas reçu de prix de beauté surtout dans les matches et le jeu par correspondance ».

A ce sujet, la partie la plus ancienne (Le remarquable ouvrage d’E. Ruch, cité ci-avant, ne couvre que la période 1804/1840), qu’il intitule « Le supplice de Tantale », fut jouée dans les colonnes du journal « Cincinnati Commercial Gazette » en 1884/1885 entre Keith Kitson et George Tatnall.

Il s’agit du « Gambit Silberschmidt ». Ce gambit est lui-même une variante principale du « Gambit Salvio », lequel est une des plus anciennes continuations du « Gambit du Roi accepté ». Il fut mis à la mode en 1634 par le Napolitain Alexandre Salvio qui l’expérimenta dès 1604. Steinitz lui donna ses lettres de noblesse. « Aujourd’hui disparu, il reste une fructueuse école de courage et d’incitation à la combinaison dans des situations également dangereuse pour les deux adversaires » (F. Le Lionnais)

 

Kitson, Keith - Tatnall, George

[C37]
corr USA, 1882
Les commentaires sont de François Le Lionnais [LL.] dans son ouvrage « Les Prix de beauté aux échecs », ed. Payot & Rivages et les analyse post mortem de Tatnall [T.].

 

1.e4 e5 2.f4 exf4 3.Cf3 g5 4.Fc4 g4 5.Ce5 Dh4+ 6.Rf1 Ch6 7.d4 f3 Le Gambit Silberschmidt est une sorte de Gambit Cochrane ou 6...f3 est différé et prépare par 6...Ch6 [LL.].

8.g3 [8.gxf3 est tentant, mais Staunton a démontré que c'était mauvais.] [T.]

8...Dh3+ 9.Rf2 Dg2+ 10.Re3 f5 11.Cc3 [Et non 11.exf5? qui expose le roi blanc a un assaut irrésistible.] [LL.]

11...c6 12.Cd3 Le coup du texte apportait une idée nouvelle qui semble juste: emprisonner, puis capturer la dame noire. Le jeu par correspondance est tout indique pour tester la solidité de ce type de plan. [Auparavant on jouait 12.Fd3] [LL.] [Le coup habituel des livres est 12.Fd3 Le but du coup du texte est d'enfermer la Dame; à première vue il parait embarrassant.] [T.]

12...fxe4 13.Cf4 Et maintenant la Dame noire est en prison. Mais, comme on le verra, l'échéance fatale recule chaque fois qu'on croit l'atteindre. [LL.]

13... Cf5+ 14.Rxe4 d5+ 15.Fxd5 cxd5+ 16.Ccxd5 Cd6+ 17.Rd3 Df2 [Presse de s'évader, Tatnall n'étudia pas assez à fond la position. Comme l'indiqua Reichelm (le juge), il était bien plus fort de jouer 17...Ff5+ 18.Rc3 Df2 19.Cc7+ Rd7 20.Cxa8 Fxc2 avec une excellente partie.] [LL.] 17...Ff5+ 18.Rc3 Df2 19.Cc7+ Rd7 20.Cxa8 Fxc2 21.De1 (Ils ne peuvent jouer 21.Dxc2; ni 21.Dd2) 21...Ce4+ 22.Rc4 b5+ 23.Rxb5 Cd6+ etc.] [T.]

18.Fe3 [Si 18.Cc7+ Rd8 19.Cxa8 les Blancs périraient de l'indigestion de la tour a8.] [LL.]

18...Ff5+ 19.Rc3 Cb5+ 20.Rb3 [Par 20.Rc4 les Blancs empêcheraient la combinaison qui suit mais leur roi était exposé a des échecs meurtriers. Et maintenant il semble que les Blancs vont pouvoir enfin cueillir le fruit mérité. Cependant, il y a loin de la coupe aux lèvres.] [LL.]  [20.Rc4 aurait évité la perte du pion qui résulte des échanges qui suivent, mais la position du Roi blanc aurait été dangereuse.] [LL.] [20.Rc4 aurait évité la perte du pion qui résulte des échanges qui suivent, mais la position du Roi blanc aurait été dangereuse.] [T.]

20...Fxc2+!! Voici que ce coup remet tout en question et sauve définitivement la dame, en lui permettant de s'échanger. [LL.] La combinaison qui commence avec ce coup est très jolie (M. Reichhelm) [T.]

21.Dxc2 Dxe3+!! 22.Cxe3 Cxd4+ 23.Rc3 Cxc2 24.Rxc2 La liquidation est terminée: les Noirs en sortent avec un pion de plus. [LL.]

24...h5 25.Ced5 Ca6? [Il fallait empêcher Cc7+ non pas par le coup du texte mais par 25...Fd6 développant ce fou. Et ce seraient les Noirs qui auraient obtenu le prix de beauté !!] [LL.] Une erreur qui coute la partie. [Le coup juste était. 25...Fd6] [T.]

26.Tae1+ Rf7 27.Te5 Tc8+ 28.Rb1 Tc5 29.Tf5+ Rg8 Si 29...Rg7 30.Ne6+ ou si 29...Re8 30.Re1+ etc. [LL.] Effort inutile [Si 29...Rg7 30.Ce6+; et si 29...Re8 30.Te1+ et gagnent.] [T.]

30.Cg6 Ce coup, menaçant de capturer ou le fou ou la tour, gagne au moins un pion. [LL.]

30...Th6 31.Cxf8 Txd5 32.Txd5 Rxf8 33.h3 Cb4 34.Tf5+ Rg7 35.hxg4 hxg4 36.Td1! Tres bien joue. Après 36.Rxh6 Kxh6, les Noirs avaient de bonnes chances a faire valoir sur l'aile roi. [LL.]  [36.Txh6 donnerait aux Noirs des chances de gain.] [T.]

36...Rg6 37.Tb5 f2 Ce sacrifice de cavalier ne vaut rien. Les Blancs peuvent le prendre et ils ont tout le temps de revenir arrêter et capturer le pion f noir. [LL.]

38.Txb4 Rg5 39.Tf4 Th2 40.Tf1 Tg2 41.T4xf2 Txg3 42.Tf7 Tg2 43.Txb7 1-0

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire du JPC

Message par fianchetto59 le 17.05.17 19:23

Merci pour la présentation historique et le partage !

_________________
« Chess can be a simple game if you ask yourself two questions after each move. The first is: What did his last move stop me from doing ?. The second and perhaps more important one is: What did it allow me to do ?»
[A. Soltis, White Opening Systems Combining Stonewall Attack, Colle System & Torre Attack (1992)]
avatar
fianchetto59

Messages : 55
Date d'inscription : 17/11/2013
Age : 57
Localisation : extrême nord de la France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire du JPC

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum