La morale des échecs

Aller en bas

La morale des échecs

Message par Invité le 11.02.12 22:30

Dans le cadre d’un Tournoi et à la suite d’un échange avec le DT au sujet de la « règle » du jeu d’échecs, il m’est revenu en mémoire un vieux texte qui a eu son heure de gloire. Il s’agit de « La Morale des Échecs » du génie américain Benjamin Franklin. study

Dans cette allégorie, Franklin s’inspire de l’ouvrage du dominicain Jacques de Cessoles, qui, au début du XIVe siècle, prêcha communément sur "les mœurs des hommes et les devoirs des nobles à travers le jeu d'échecs". Cédant aux demandes des clercs et des "gentils gens" qui le pressaient de compiler par écrit ses sermons, le prédicateur composa en latin un traité de morale appliqué aux états du monde qui trouve dans le jeu d'échecs sa trame et son fil conducteur.
Il a beaucoup été écrit et dit sur le « Noble Jeu » qui, bien qu’étant un jeu purement intellectuel de guerre s’est vu auréolé de principes et de vertus innombrables (art, science, etc.). Dans sa violence innée, le « fair-play », autrement dit le respect de l’adversaire, aujourd’hui suranné, n’a pas été la moindre de ses vertus. smiley238.abgif.gif

En effet, l’arrivée du jeu massif par internet, a perturbé quelque peu les échanges courtois plus fréquents dans le jeu postal. Franklin écrivait : « Car celui qui, à ce jeu, a recours à des moyens aussi petits, manque de courtoisie, et montre peu d'élévation dans le caractère. Aux échecs, l'amour-propre est satisfait quand on remporte la victoire, mais il n'y a pas de honte à être battu ». smiley41.abgif.gif
Par le net nous disposons, en général, de 18 mois pour jouer une partie. C’est peut-être un peu long, vu la tournure que prennent les choses dans ce monde où la vitesse prime sur presque tout. Mais c’est un autre débat…

Revenons à nos pions. Ne voilà-t-il pas que, tout à coup, je tombe sur un adversaire qui adopte une attitude tout à fait étonnante. Il joue les trois premiers coups de la partie du tact au tac. Puis, silence absolu jusqu’à ce que son capital temps soit arrivé à zéro ! Alors, forcé s’il ne veut pas perdre immédiatement, il reprend le cours de la partie…
Ma première réaction est d’engager le dialogue et de compatir à ses éventuelles difficultés à gérer notre passe-temps et à l’encourager malgré les contraintes qu’il s’impose, en attirant toutefois son attention sur le danger d’être en zeitnot qui met la pression et peut influer sur le cours de la partie... Il me répond qu’il est surchargé par ailleurs et qu’il s’excuse et je l'excuse aussi.

Comme on le sait, le temps, lui, ne suspend pas son vol jusqu’à ce que son capital arrive encore à zéro... Oups ! Il reprend, aussi sec, la partie et, c’est alors qu’au bout de sept coups supplémentaires, son capital temps passe de zéro à cinquante ! Quelqu’un peut-il m’expliquer la règle, SVP, ?
Puis, bien que n’étant plus pressé par le temps, il se remet à jouer à toute blinde (bien qu’on ne soit pas au poker !), commet une bourde monumentale et perd sa dame au 10ème coup... c’est alors qu’il se remet aux abonnés absents... Bien que les avertissements pleuvent de la part du serveur ICCF (« double time applying »), rien de nouveau à ce jour… scratch

Jamais vu ça, depuis toutes ces années où je pousse « le bois » dont on fait les pièces d’échecs ! geek
Aussi, je pose, gentiment, la question au DT de savoir à quoi ressemble ce simulacre de jeu et lui demande quoi faire en ces circonstances, je me reçois alors en pleine poire la réponse textuelle : « ça s'appelle le "jeu d'échecs" et chacun est libre de jouer comme il l'entends en respectant les règles édictées. » farao(sic). Après avoir ri un bon coup, je lui envoie : « Cette réponse venant du TD, j’en comprends « le sens ». Merci. » smiley57.abgif.gif

Alors, vous qui me lisez, qu’en pensez-vous ?
Pour ma part, j’en pense… et puis après tout à quoi cela sert-il de dire ce à quoi je pense, puisque la partie est gagnée !!
Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Quel jeu que celui-là quand le temps est au beau fixe !
Tonton JEF
king


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La morale des échecs

Message par Invité le 12.02.12 2:02

Voici ce que j'en pense.
Jouer avec les limites de temps et avoir besoin du stress du zeitnot pour fonctionner n'est pas une attitude insultante. Perdre sa dame n'est pas une insulte non plus.
D'autre part Il y a des joueurs si peu causants qu'ils sont prêts à appeler l'arbitre si on leur adresse la parole, surtout pour leur dire qu'ils viennent de rater quelque chose; ça énerve, faut comprendre.
Donc en l'eau cul rance je serais assez d'accord avec le DT de la fable.
Mais heureusement que pour causer courtoisement, il y a le forum.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La morale des échecs

Message par Invité le 12.02.12 3:30

Exclamation Qui, en l'occurrence, a causé « d'insulte », sinon toi mon pote ! Wink T’énerve pas, t’es dans « l’air du temps » t’sais. Tout va bien… cooooool… la..a..a..a.. ! smiley19.abgif.gif
Le porteur d'eau fraîche,
king

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La morale des échecs

Message par maximer le 12.02.12 7:36

il peut tres bien avoir eu un problème externe l'empechant de jouer correctement. j'ai déjà joué une partie il y a 20 ans avec mon fils gravement malade à l'hopital. j'ai arrêté sur le champs de jouer mes parties. Ensuite la situation s'est calmée j'ai repris les parties mais je n'avais plus envie de jouer à cause des soucis externes. alors je jouais vite et mal. puis la situation s'est aggravée sur du long terme j'ai arrêté mes parties en les perdant toutes au temps. par moment on peut s'inscrire à un tournoi par passion du jeu puis des soucis graves personnels ou professionnels arrivent et on n'a plus ni le temps ni la tête à jouer au échecs. Si les soucis sont graves on n'a pas non plus envie de dialoguer et étaler sa vie avec son adversaire. la vie n'est pas toujours un long fleuve tranquille ...

maximer

Messages : 482
Date d'inscription : 04/09/2011
Age : 49

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La morale des échecs

Message par tof le 12.02.12 8:41

Effectivement les soucis sont les aléas de la vie.......

Mais dans ce cas si on prévoit d'abandonner les parties on ne laisse pas filer le temps...........

C'est comme la politique de l'homme mort........

JE SUIS TOTALEMENT CONTRE


Le respect de notre adversaire passe par cet aspect du fair-play
avatar
tof

Messages : 302
Date d'inscription : 31/05/2010
Age : 52

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La morale des échecs

Message par maximer le 12.02.12 9:04

mais on ne prévoit pas dans certain cas d'abandonner les parties : on se dit demain j'aurais la force de m'y remettre car ça ira mieux. Et ce temps où les soucis s'arrêtent n'arrive jamais. On espère éternellement que la situation va s'améliorer et que le cours de notre vie et des parties va reprendre normalement. Jusqu'à ce que le temps arrive à 0.

maximer

Messages : 482
Date d'inscription : 04/09/2011
Age : 49

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La morale des échecs

Message par Invité le 12.02.12 9:51

MaohiChess a écrit:
Aussi, je pose, gentiment, la question au DT de savoir à quoi ressemble ce simulacre de jeu et lui demande quoi faire en ces circonstances, je me reçois alors en pleine poire la réponse textuelle


MaohiChess a écrit:Exclamation Qui, en l'occurrence, a causé « d'insulte », sinon toi mon pote ! Wink T’énerve pas, t’es dans « l’air du temps » t’sais. Tout va bien… cooooool… la..a..a..a.. ! smiley19.abgif.gif
Le porteur d'eau fraîche,
king

Certes tu n'as pas causé d'insulte mais pourquoi s'adresser au DT ? Il y a quand même un parfum de plainte et d'offense dans tout ça.
Quant à moi j'ai toujours été toute ma vie dans les minorités et pas dans l'air du temps.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La morale des échecs

Message par Lecroq le 12.02.12 10:10

Je connais bien cette histoire car le DT m'en a parlé.
Que voulez vous qu'il réponde? Son rôle est d'intervenir quand on sort des règlements ou qu'il y a un problème non prévu par les règlements. Sinon il n'a aucun avis à émettre sur le cours de la partie.
J'ai déja eu à répondre à diverses remarques de ce genre. La manière dont l'adversaire gère son temps et ce qu'il joue ne vous regarde pas.
S'il y a des problèmes comme la politique de l'homme mort citée par Tof , c'est aux règlements qu'il faut s'attaquer et non à l'adversaire ou au DT.

Quant à dire qu'il s'agit un phénomène internet c'est un grand raccourci.
J'ai 30 ans de jeu postal comme joueur et responsable car j'ai souvent été capitaine. J'y ai vu du meilleur et du pire.Le courtoisie n'est pas toujours au rendez vous.
Nous avons actuellement deux tournois postaux par équipes importants,
les olympiades 16 et 19. Il y a des problèmes et les DT sont sollicités.
Quand aux échanges et discussions c'est vrai qu'il y en a moins maintenant .Je pense que c'est plutôt une question d'époque que de support .Dans la finale 16 des olympiades postales j'ai eu des échanges avec un joueur sur 12 seulement

Lecroq

Messages : 1249
Date d'inscription : 10/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La morale des échecs

Message par photophore le 12.02.12 14:38

Pour les échanges sur serveur , c'est à peu près pareil : 1 ou 2 par tournoi
Avec qui? il n'y a pas de règles , c'est une question de coup de coeur, mais c'est presque sur si on s'adresse à moi en Français ( si , si , ça arrive , et pas seulement des Belges ou des Québecois : dans la Coupe du Danube il y a un Bulgare et un Russe )
Le GM Krivic m'a fait comprendre qu'il ne voulait pas poursuivre un dialogue , mais à chaque coup il m'a envoyé ses salutations
La palme revient au Pr Patocka de l'Université de Vienne avec qui le dialogue s'est poursuivi jusqu'à la fin mais en Anglais

_________________
Claude Le Page
Aux commandes de son  Bathyscaphe
L'oeil fixé sur les cadrans du pifomètre
avatar
photophore

Messages : 3391
Date d'inscription : 02/06/2010
Age : 90
Localisation : Montesson

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La morale des échecs

Message par Invité le 13.02.12 2:48

Merci de vos réponses. Je reconnais que le fait d'écrire au DT pour ces raisons, n'était pas une bonne idée car je n’ai pas posé de question... Mea culpa.

Mis à part cela il n'empêche que, DT y compris, j'ai et j'aurai toujours du mal, à recevoir des réponses sans le "bonjour" traditionnel des e-mails et un petit « cordialement » à la fin. J’envoie toujours mes messages avec, au minimum, ce traditionnel « Bonjour » et, in fine, un « amicalement » ou un « gens una sumus » et mes initiales. Je reconnais bien volontiers que parfois c’est un peu ironique en raison du mauvais coup (pour lui !) que je joue à mon adversaire… Mea culpa bis. Certains de mes correspondants ne se gênent d’ailleurs pas pour en faire de même !

Comme l’a constaté Photophore, cette cordialité se retrouve à l’international parmi les « IM ou GM », « Pr » et autres « Dr »… Souvent de la vieille école quoi ! Certains sont fiers de correspondre en français. Moi aussi ! Tout cela « humanise » un peu le cours des parties. Bref, c’est tout simplement une marque de politesse.

Ne sommes-nous pas entre personnes qui partagent la même passion ? Par exemple, sur ce Forum, je lis des échanges pour le moins « tendus », malgré, le plus souvent, la qualité avec laquelle les points de vue sont exprimés. Pourquoi ? C’est bizarre pour moi.

Si l’on ne « supporte pas la contradiction », si tout est pris comme une « attaque personnelle », si l’on « cherche à tourner en dérision », par des mots ou pensées à double sens, celui qui s’exprime afin d’amuser la galerie, si l’on ne peut « partager avec amabilité », y compris sur des « sujets qui fâchent », alors il vaut mieux aller vivre au désert pour y trouver la paix. Quitte à ce que je marche en tête ! Ce qui, du même coup, donnera la paix aux autres !

Maximer nous donne un témoignage émouvant. La différence avec le vécu de son cas par rapport au mien, c’est qu’il savait le pourquoi du comment. Ici, mes autres adversaires (ne les oublions pas) et moi-même ne savons rien… Rien qui empêche notre correspondant, sinon de tout nous dire, du moins d’attirer notre attention sur ses difficultés (passagères ou non) au lieu de ces longs silences (jusqu’à 20 jours entre deux courtes séries de coups…). D’autant que, si cela est passager, rien ne l’empêche de prendre quelques congés et ainsi son TR ne sera pas grevé. Et si, malheureusement, cela est très grave, alors il lui appartient de ne pas s'engager, dans l'immédiat, à un tournoi d'échecs où les contraintes ne l'aideront guère au jour le jour, me semble-t-il. Il pparait là l'immense difficulté qu'il y a de se mettre à la place d'autrui...

M. Lecroq, de par son expérience et sa grande sagesse, remet les choses au point. Je retiens principalement ceci :
« Je pense que c'est plutôt une question d'époque que de support »
Je trouve parfois bien dommage de vivre (subir serait plus juste) cette époque…

Par contre, je reste sur ma faim car personne ne répond au sujet évoqué dans mon message initial :
Comme on le sait, le temps, lui, ne suspend pas son vol jusqu’à ce que son capital arrive encore à zéro... Oups ! Il reprend, aussi sec, la partie et, c’est alors qu’au bout de sept coups supplémentaires, son capital temps passe de zéro à cinquante ! [b]Quelqu’un peut-il m’expliquer la règle, SVP, ?

Or, M. Lecroq écrit également que :
« c'est aux règlements qu'il faut s'attaquer et non à l'adversaire ou au DT »
C’est indubitable. Malheureusement, comment le joueur peut-il s’attaquer aux règlements ? Aussi malin soit-il, il ne lui reste guère QUE de passer par le DT. Là, j’ai pêché par omission. Comme évoqué supra, j’aurais du lui poser plus directement la question. Mea culpa ter.

Or dans mon esprit je n’ai pas « attaqué le DT » et encore moins mon adversaire. J’ai, toujours dans mon esprit, « attiré l’attention sur un fait » qui m’est imposé à mon corps défendant ! Or, si le DT en a fait part à M. Lecroq, sans être naIf, je présume, que ce n’était pas pour se plaindre à son tour (ce sont les aléas du « métier » de DT auxquels il a du se préparer en acceptant la tâche), mais pour voir comment, effectivement, les règlements permettent cela.

C’est quand même incroyable ! Comme si, en cours de partie sur l’échiquier, un joueur n’ayant plus qu’une minute au temps se mettrait à blitzer pendant 40 secondes afin que sa pendule affiche, tout à coup, 50 minutes de rab avant le tomber du drapeau ! Qu’est ce que c’est que ce truc ?.

Par correspondance, il me semblerait juste que le joueur qui s’est mis dans la situation (quelles qu’en soient les raisons, car il faut bien s’arrêter un jour) d’être à zéro jour de réflexion, se voit « condamné » à jouer tous ses prochains coup par « retour de courrier », soit au jour « J », s’il ne veut pas perdre la partie en jouant l’un des coups suivants à J+1.

« Qu’en pensez-vous ? »

Tonton JEF,
king

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La morale des échecs

Message par Invité le 13.02.12 10:09

MaohiChess a écrit:

Par contre, je reste sur ma faim car personne ne répond au sujet évoqué dans mon message initial :
Comme on le sait, le temps, lui, ne suspend pas son vol jusqu’à ce que son capital arrive encore à zéro... Oups ! Il reprend, aussi sec, la partie et, c’est alors qu’au bout de sept coups supplémentaires, son capital temps passe de zéro à cinquante ! [b]Quelqu’un peut-il m’expliquer la règle, SVP, ?


Ce n'est jamais zéro mais 0 + 24 puis 23 puis 22...etc qui s'affiche.
Donc quand le premier coup d'une nouvelle dizaine est joué dans ces dernières 24 heures le temps restant s'allonge du montant indiqué en début de tournoi soit 49 j + 24 h.
Il n'y a aucune obligation de moyenner sa cadence dans chaque dizaine de coups.
Dans notre club de Valdoie Il y a 40 ans nous avions un joueur qui mettait 1h 50 pour jouer ses 10 premiers coups puis il jouait les 30 suivants en 10 minutes. C'était son trip. En même temps il faisait croire qu'il avait trouvé la substantifique moelle de la partie. C'était aussi un problémiste. Broggia qu'il s'appelait.
Aujourd'hui avec la cadence Fischer 1h30 pour 40 coups + 30 secondes par coup + 30 minutes après 40 coups "un joueur rapide pourrait se retrouver au cours de la partie avec une réserve de temps supérieure à celle du départ" mais il peut aussi jouer à la Broggia et se mettre à blitzer pour se refaire un peu au 35 ème et pour les 5 suivants.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La morale des échecs

Message par Lecroq le 13.02.12 11:08

Rodrigo a bien répondu sur la question de la cadence, je ne reviens pas là dessus.
A propos d'époque , je pense que c'est aussi une question d'age de culture, bref pas vraiment de règle générale.
Dire "bonjour " et "bien amicalement" à chaque coup est courtois mais devient aussi du formalisme à mon avis. Cela a plus de sens en postal car il s'écoule au moins une semaine entre deux coups. Sur serveur on peut dire cela plusieurs fois par jour...
Les discussions sur le forum sont parfois tendues comme elles pourraient l'être de vive voix. Cela n'empêche pas les gens de s'estimer.

On peut en effet faire des remarques au DT sur les conséquences du règlement et proposer des changements. Avec ce que vous lui avez dis je ne vois pas bien ce qu'il pouvait en tirer.
Les DT font des rapports sur ce qui se passe dans leur secteur et les conséquences qu'ils en tirent.
Perdre sa dame et continuer à jouer ne sera jamais remis en cause dans le règlement.
La gestion du temps et la cadence est un pb plus compliqué et très controversé.Chaque fois qu'on propose une modif il y a des pour et des contre .Quand la décision est prise il y a aussi des pour et des contre , cela s'est vu pour le classement .
Pour ma part j'ai pris l'habitude de faire ce qui me paraissait bien en prenant l'avis des principaux responsables évidemment. Sinon on ne fait rien et il y a aussi des gens qui sont contre!
Pour en revenir à la gestion du temps la seule chose qui me parait mauvaise actuellement est cette histoire de l'homme mort.L'ICCF a fait un petit pas en avant en doublant les jours à partir du 21ème. C'est insuffisant . J'ai proposé de doubler à partir du 12ème voire du 10ème.
A l'AJEC j' arrive à peu près à faire ce que je veux .A l'ICCF faire bouger les choses est beaucoup plus difficile ,y compris pour son président.

Lecroq

Messages : 1249
Date d'inscription : 10/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La morale des échecs

Message par photophore le 13.02.12 12:12

Perdre sa Dame , ça dépend contre quoi
Le but du jeu n'est pas de prendre la Dame , mais le Roi farao

_________________
Claude Le Page
Aux commandes de son  Bathyscaphe
L'oeil fixé sur les cadrans du pifomètre
avatar
photophore

Messages : 3391
Date d'inscription : 02/06/2010
Age : 90
Localisation : Montesson

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La morale des échecs

Message par Invité le 13.02.12 14:46

Merci à Rodrigo pour sa limpide explication. Tant pis pour moi si j'ai l'air d'un c.., mais franchement ceux qui ont inventé ça, ce sont des fortiches ! Mon raisonnement est plus simple : je joue (mal… mais c’est un débat qui n’intéresse que moi !) dans des temps compatibles avec un jeu "coulé" qui maintient un certain rythme à la partie, sans à-coups brutaux mêlés de longs silences qui ne signifient rien dès lors où la position est plus ou moins égale, d’après les oracles de logiciels à la mode. Quant la position n’est pas équilibrée, surtout si c’est moi qui trinque, je n’attends toutefois pas d’être à 0+24 pour répondre. Tiens, j’en arrive à admettre ce qu’a dit le DT : « chacun fait comme il veut… » !

Je suis réconforté par ce qu’écrit M. Lecroq :
« Pour en revenir à la gestion du temps la seule chose qui me parait mauvaise actuellement est cette histoire de l'homme mort. L’ICCF a fait un petit pas en avant en doublant les jours à partir du 21ème. C'est insuffisant. J'ai proposé de doubler à partir du 12ème voire du 10ème. A l'AJEC j’arrive à peu près à faire ce que je veux .A l'ICCF faire bouger les choses est beaucoup plus difficile, y compris pour son président »

C’est donc bien un problème à revoir que cette gestion du temps et ses modalités de calcul. Vu la tournure des choses, bon courage !

Photophore a le dernier mot ! Mais quand même… le Roi qui perd sèchement sa dame en 10 coups sans aucune compensation ou ressource combinatoire possible, est un « homme mort » (pour de bon cette fois-ci) à l’image de celui qui l’a conduit à ce désastre. Je n’en démords pas, car je m’appuie sur des milliers de statistiques !! farao

Maintenant, je vais essayer de trouver, dans ce Forum, un débat qui soit un sujet de détente ! Smile
king

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La morale des échecs

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum